Née à Paris, en 1992

Vit et travaille à Nantes, France

 

 

    La notion d’image est fondamentale dans mon travail. Image de la femme, entre être et paraître. J’explore les deux faces, entre sujet peignant, dessinant, sculptant, et objet d’étude et de représentation. Selon la définition de Severo Sarduy, je cherche les deux pôles de l’ellipse baroque, entre lumière et ombre. J’utilise mon image afin de replonger dans l’histoire, à la fois celle de notre civilisation et celle de la peinture. 

 

    Je construis la suite de ma composition à partir d’images de différentes natures, du cliché sur papier glacé aux images dénichées sur internet, sans oublier les références omniprésentes à l’histoire de la peinture. Hétéroclites et recomposés, je juxtapose les différents symboles. Comme le collectionneur dans l’Hypothèse du tableau volé, il s’agit de retrouver le bout de l’intrigue en suivant la piste des différents indices.

 

    Mais de quelle intrigue s’agit-il ? Quelle histoire ? La mienne, celle de femmes que je rencontre? Dans la lignée de Cindy Sherman, et à travers les textes de Nancy Huston, je me rends compte que toutes les typologies de femmes sont en moi et que je peux les explorer, les incarner. De la Diane chasseresse à la Madone, du plus naturel au plus sophistiqué, je les dévoile, dans leur essence. Et pour chacune, quelles sont les images qui les animent ? 

 

    Alors il faut commencer par choisir un réceptacle, une représentation corporelle. Mon corps devient celui de femmes peintes par Bouguereau, Sir Joshua Reynolds, Felicien Rops, Waterhouse. Je reprends les postures, mais l’intimité entre le corps représentant et le corps représenté se modifie. Je m’incarne dans des corps peints par des regards masculins, transposés par mon regard féminin.

 

    Je parle de notre société de domination. Domination de l’image et du corps, domination de la pensée, de l’esthétique et du goût. Je pousse jusqu’au kitsch, clinquant et brillant pour cacher ce que notre civilisation ne saurait voir. Je démembre un corps, en fais un jouet à recomposer, en porcelaine blanche et lisse cela parait si joli. Mais il s’agit bien d’une réification, le corps devenu objet à recomposer, chaque morceau est soit celui du boucher soit matière à exploitation érotique. On va refaire la femme parfaite selon l’humeur et les codes du moment. Rodin lui-même avait commencé ce processus, avec son tiroir rempli de jambes et de bras, à utiliser selon l’envie. Les corps et les compositions peuvent alors être sortis en série. 

 

    Cette décomposition, cette violence des êtres envers eux-même et leurs semblables, la violence de notre société, c’est aussi le sujet des Sextines. Pantomimes de structures civilisées qui n’aboutissent qu’à la création industrielle de monstres.

 

    La notion d’enquête, celle du fil de la narration, mais aussi celle vécue et réalisée est pour moi quelque chose de fondamental. Comme Sophie Calle qui se glisse dans la peau d’une femme de chambre, j’ai expérimenté, entre autres, la vie d’une vendeuse dans une boutique de lingerie fine. Il s’agit alors d’observer les différents comportements féminins, les aspirations et les contradictions, pour ensuite transcender en images. Ma pratique artistique devient alors sujet de composition, sous forme de mise en abyme. Mon corps se peignant, mes mains me modelant, mais il s’agit surtout de dévoiler et démystifier. Mettons à mal la notion d’inspiration, et cherchons plutôt à montrer comment se construise, progressivement, chacune des images.

 

 

Formation

2014-2016   DNSEP à l'école des Beaux-arts de Nantes, obtention avec mention pour la maîtrise

 

2011-2014    DNAP à l'école des Beaux-arts de Nantes
 

2010-2011    Année préparatoire aux écoles d'art de la ville de Paris, Glacière

 

Exposition collectives

2020 

- Participation à la 17eme Biennale d’art contemporain de Champigny-sur-Marne

2019

Parcours d’artiste, Hommage à Maurice Utrillo V., Les Passerelles, Pontault-Combault

2018

- Robert Never Got The Chance To See The Ocean, galerie Dessus des Halles, Audierne

 

2017

Tanta Roba, The Public House, Rome

- Peindre, dit-elle #2, Musée des Beaux-arts de Dole, curatrice Julie Crenn, Annabelle Ténèze, Amélie Lavin

2016 

Do it, Hangar à Bananes, sous la direction du FRAC Pays de la Loire, Nantes, dans le cadre de l'activation du protocole de Jim Shaw

- Prix David-Weill, Académie des Beaux-arts de Paris, dans le palais de l'Institut, Paris

Interzone, Dulcie Galerie, Nantes

- Réalisation du buste de Marianne pour la mairie de Saint-Mars du Désert suite à l'exposition ArtDémo

2015

ArtDémo, ancienne mairie de Saint-Mars-du-désert

 

2014

Reverse/Hide, l'école des Beaux-arts, Nantes

Fausse innocence, organisée par le collectif Artpihour, la Maison de l'avocat, Nantes

 

2013

Le grand détournement, la Scène Michelet, Nantes

 

 

Stages, Workshops

- Assistante de création, Olgana Paris

- Workshop de peinture avec Roberto Ferri et Giorgio Dante à Sutri, Italie

- Stage de 6 mois dans l'atelier de Jean-François Rauzier

Stage chez Chantal Thomass

- Stage de cinéma exprérimental à l'association "Mire", réalisation de films sur pellicule et développement, ayant débouché sur leur projection à la Maison de Quartier Madeleine-Champ de Mars, Nantes

 

- Workshop avec les artisants de "Glassfabrik", découverte des techniques du verre